Structures familiales

Sommaire de cette page :

  • Participants
  • Communes choisies
  • Objectifs et méthode

 

 _________________________________________________________________________________

Participants : Se sont déclarés intéressés par cette approche : B. Bernaben, J. Boin, P. Bousseyroux, A. Carof, R. Chanaud, V. Cousseau, D. Dayen, L. Ferran, P. Grandcoing, M. Kiener, M. Larigauderie, N. Lestieux, A. Mangaud, P. Marouseau, J.-C. Peyronnet, E. Proust, M. Tandeau de Marsac, J.-P. Thuillat, P. Vallin. Mais évidemment toutes les bonnes volontés pour ce travail de fond, prenant mais passionnant, sont les bienvenues !

____________________________________________________________________________________

 Communes choisies (à l'heure actuelle) :

Corrèze : Ambrugeat (B. Bernaben), Aubazine (L. Ferran), Lissac-sur-Couze (R. Chanaud)

Creuse : Pionnat (D. Dayen)

Haute-Vienne : Bussière-Galant (J.-C. Peyronnet), Champsac (J. Boin), Compreignac (P. Vallin) Eybouleuf (B. Bernaben), La Geneytouse (B. Bernaben), Laurière (A. Mangaud), Le Châtenet-en-Dognon (M. Tandeau de Marsac), Oradour-sur-Vayres (N. Lestieux), Saint-Sylvestre (M. Larigauderie)

Dordogne limousine : Saint-Mesmin (J.-P. Thuillat)

__________________________________________________________________________

 

 

 

Structures familiales : objectifs et méthode

____________

 

Au sein du projet de RHL Histoire de la famille en Limousin, une recherche collective sur les structures familiales au XIXe siècle est engagée ; c'est l'objet de cette note.

 

Les listes nominatives du recensement de la population permettent d'étudier la composition des ménages, un aspect primordial des structures familiales (un autre aspect étant la parenté). Cette étude requiert un travail de saisie approfondie de certains recensements.

 

Mais le potentiel de cette opération minutieuse est énorme. En effet de multiples problématiques peuvent être étudiées à l'occasion de cette plongée quasi-intime au cœur des familles limousines. Voici quelques-unes des pistes auxquelles on peut songer : - l'évolution des modes d'exploitation au travers du « métier » des chefs de ménage (cultivateur, propriétaire cultivateur, métayer...) ; - l'évolution des métiers pratiqués : vers la modernité ? ; - la pluriactivité ; - l'évolution de l'âge des chef de ménage, révélateur de la prise de pouvoir par de nouvelles générations ; - le vieillissement, l'exode rural ; - les prénoms : Léonard, François, Marie, des valeurs pérennes ? ; - l'incidence de la guerre de 14 ; - l'évolution de l'habitat (moins d'occupants par logement ?), de la domesticité, du statut des femmes (actives, inactives ?), etc. Aussi pouvons-nous attendre de ce travail, sans perdre de vue notre thème central – la famille –, de très riches retombées.

 

Objectifs

L'objectif principal du chantier est le suivant : mettre au jour la répartition spatiale des diverses formes de structure familiale (famille nucléaire, élargie, famille souche, etc., ) dans les trois départements et son évolution au cours d'un grand XIXe siècle. On dépouillera les recensements d'un échantillon de communes (dans l'idéal une trentaine) choisies dans les différentes régions du Limousin, et ce à quatre dates déterminées. Chaque recensement donnera lieu à une fiche comportant un récapitulatif statistique (pourcentage des diverses formes de ménage selon la typologie établie par Peter Laslett), ainsi que toutes les observations qualitatives jugées utiles.

 

Ces quatre coupes chronologiques permettront d'analyser à la fois les différences régionales et l'évolution dans le temps. On prêtera également attention aux déterminants sociologiques (types de ménage selon la profession).

 

Ultérieurement, et dans la mesure du possible, certaines communes bien pourvues en recensements pourront donner lieu à une étude chronologique plus fine. D'autres problématiques pourront également venir s'ajouter (nombre d'enfants, matrimonialité, etc.), éventuellement avec le concours des cercles généalogiques.

 

Dates retenues

Après discussion nous avons décidé de dépouiller les recensements des années suivantes :

- 1836 (ou 1841 ou 1846)

- 1866 (ou 1861 ou 1872)

- 1901 (ou 1896 ou 1906)

- 1936 (ou 1931)

 

Ce choix se justifie ainsi : 1836 est le plus ancien recensement général, 1866 est la première date généralement disponible pour la Creuse, 1901 permettra de mesurer l'impact de la révolution industrielle et du chemin de fer, 1936 l'impact de la guerre de 14. On fera plus tard quelques sondages en 1957 afin d'évaluer les conséquences de la mécanisation agricole.

 

Un problème se pose pour la date la plus haute. En effet, en 1836 et en 1841 les liens de parenté n'étaient pas demandés, et les âges non plus en 1841. Ces deux recensements sont donc généralement inexploitables pour notre propos, sauf dans les quelques cas ou l'agent recenseur a indiqué liens de parenté et âges. Pour la plupart des communes, la première date exploitable sera donc 1846.

 

Situation archivistique

Un grand nombre de listes nominatives a été éliminé en application de la réglementation, de sorte que notre recherche est soumise à de fortes contraintes archivistiques. Les listes étaient rédigées en deux exemplaires, l'un envoyé en préfecture, l'autre conservé en mairie ; ces deux séries doivent donc être mises à contribution.

 

L'exemplaire de la préfecture se trouve, s'il a été conservé, dans la sous-série 6 M des Archives départementales, dont la situation est la suivante :

- Corrèze : à partir de 1906

(en ligne, 1906-1931 : http://www.archinoe.fr/cg19/recensement.php )

- Creuse : à partir de 1866

(en ligne : 1866-1901 : http://archives.creuse.fr/s/3/listes-nominatives-de-denombrement-de-population/? 

- Haute-Vienne : 1836 (parfois 1841) et 1886-1936 (numérisation en cours).

 

L'exemplaire communal a été très inégalement conservé selon les communes et les années. Lorsqu'il subsiste il a été le plus souvent déposé aux Archives départementales (pour les communes de moins de 2000 habitants) et se trouve dans la série E dépôt, archives communales déposées (Population, économie sociale, statistique, série F). Etat de la situation :

- Corrèze : un nombre important de fonds communaux comportent des listes nominatives. Consulter les répertoires en ligne :

http://www.archives.cg19.fr/recherche/serie/id/742 

- Creuse : rares listes nominatives conservées. Consulter les répertoires en ligne (préférer la version PDF, plus commode) :

http://archives.creuse.fr/a/79/archives-communales-et-hospitalieres-series-deposees-/

- Haute-Vienne : un grand nombre de fonds communaux comportent des listes. Consulter les répertoires en ligne :

http://archives.haute-vienne.fr/r/170/archives-communales-deposees-sous-serie-e-dep-/

 

Attention : une mention telle que « 1836-1911 » indique seulement les dates extrêmes de la liasse, sans garantie pour les dates intermédiaires.

 

Comment choisir une commune

Une carte (provisoire) des différentes zones du Limousin a été établie. On peut s'y référer pour choisir une commune.

 

Sous peine de déconvenues, avant de commencer le dépouillement d'une commune quelconque, il convient de s'assurer :

 

1/ qu'elle dispose de la liste de 1836 ou de 1841, et que celle-ci comporte les relations familiales et l'âge du chef de ménage ;

2/ ou bien qu'elle dispose de 1846 ;

3/ et qu'elle dispose de 1866 (ou 1861 ou 1872),

4/ de 1901 (ou 1896 ou 1906)

5/ et de 1936 (ou 1931).

 

Enfin il ne faut pas se contenter de la présence de ces années dans les inventaires mais consulter ces listes afin de s'assurer qu'elles sont communicables (celles en mauvais état ne le sont pas), qu'elles sont complètes, et qu'elles paraissent correctement renseignées. Le dépouillement peut alors commencer. À l'expérience, le temps nécessaire au dépouillement d'une année de recensement d'une commune de 1000 habitants est de l'ordre d'une dizaine d'heures, à quoi s'ajoute le temps de l'exploitation.

 

Signalez à R. Chanaud les communes sur lesquelles vous comptez travailler, afin d'éviter les doublons.

 

Méthodologie du dépouillement

Une fiche de dépouillement a été établie. Elle comporte en tête un tableau des données statistiques récapitulatives : il permettra de comparer les pourcentages des types de ménages des différentes communes et d'observer l'évolution chronologique. En outre, une rubrique d'observations est destinée à recueillir toutes les informations qualitatives ou chiffrées que l'on aura notées au fur et à mesure du travail et qui ne rentrent pas dans le tableau statistique. La plus grande liberté est donnée à ces informations essentielles pour enrichir l'analyse. À noter que les domestiques n'affectent pas la typologie du ménage mais doivent être comptés dans le nombre d'individus de celui-ci.

 

La partie la plus complexe du travail est de déterminer la typologie des ménages. La référence fondatrice est l'article de Peter Laslett, « La famille et le ménage : approches historiques », Annales ESC, 1972 (en ligne : http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1972_num_27_4_422570 ).

Si les familles nucléaires ne posent en général guère de difficultés, les ménages élargis et polynucléaires offrent une quantité de variantes possibles face auxquelles la typologie Laslett est parfois sujette à de réelles difficultés d'interprétation. L'hésitation est particulièrement fréquente entre les catégories 4 (élargi) et 5 (polynucléaire).

 

Pour que nos futures conclusions soient solides, il est capital que tous les participants observent les mêmes règles. À cette fin, un outil collaboratif a été créé par Nicolas Lestieux afin d'échanger remarques, questions et réponses sur la typologie. Il est accessible ici : https://padlet.com/lestieux_histoiregeo/rhl  . Il est préférable de s'inscrire lors de la première visite (à défaut, signer vos interventions).

 

Bibliographie

Outre l'article de P. Laslett, on consultera préférentiellement :

- Jean-Claude Peyronnet, « Famille élargie ou famille nucléaire ? L'exemple du Limousin au début du XIXe siècle »,

http://www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1975_num_22_4_2339?q=Jean-claude%20peyronnet

 

 

- Nicole Lemaitre, « Familles complexes en Bas-Limousin : Ussel au début du XIXe siècle »,

http://www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1976_num_88_127_1639?q=nicole%20lemaitre%20familles


 

Bon travail à tous !

 

R. Chanaud, 8/11/2017