Page standard

47e Rencontre

             ASSEMBLEE  GENERALE  du 3 octobre 2021 à Compreignac

 Le président remercie M. le maire de Compreignac qui nous a mis gracieusement à disposition la salle polyvalente. Dix-neuf personnes étaient présentes et quatorze s’étaient excusées et avaient pour certaines d’entre elles donné procuration.

Le CR sera envoyé par la poste avec la demande de renouvellement des adhésions.

 

Hommages aux disparus de RHL

-        Nicole de Blomac par Philippe Grandcoing

Non conformiste au caractère affirmé, faisant preuve d’une très grande hospitalité et ayant un cœur en or,  N. de Blomac est arrivée à l’histoire à travers l’élevage du chien et du cheval. Elle a publié un premier livre sur la naissance du pur-sang chez Fayard puis a rédigé une thèse sur le Marquis Voyer d’Argenson. Elle a beaucoup travaillé ensuite sur les rapports des hommes aux animaux et sur les mobilités. En 2006, elle a dirigé l’ouvrage paru aux PULIM intitulé : « Cheval limousin, chevaux en Limousin ».

-        Jean-Pierre Thuillas par Christian Remy (lecture faite par Catherine Faure)

Né le 15 avril 1943 à Saint-Yrieix la Perche, Jean-Pierre Thuillas s’est éteint le 16 janvier 2021. Il avait plusieurs talents, notamment la poésie et l’édition. Il a dirigé les éditions Friche et les « Cahiers de poésie verte ». Professeur dans le sud de la Haute-Vienne, il a soutenu un mémoire de maîtrise avec Bernadette Barrière en 1992 puis a commencé une thèse sur les vicomtés de Limoges et de Périgueux aux XIIIe et XIVe siècle. Son œuvre majeure reste sa biographie sur Bertran de Born.

 

Rapport moral par Pierre Vallin

Cette année encore a été une année blanche en raison de la pandémie de la covid’19. Les groupes de travail n’ont pas pu se réunir impactant la recherche collective, même si la recherche s’est poursuivie d’une manière individuelle. Toutefois, deux conseils d’administration ont pu se tenir. Aujourd’hui, nous sommes 19 présents et déplorons le tort que la covid a porté aux associations de manière générale.

Le président a envoyé un mail d’information le 21 juillet à tous les adhérents pour faire connaître la position du CA suite à l’affaire M. Kiener et envisager une modification statutaire. Il faudrait prévoir une AG extraordinaire pour pouvoir modifier nos statuts. Ph. Grandcoing propose que le CA rédige la modification et que l’AG la vote ensuite. R. Chanaud émet des réserves sur cette mesure qui s’apparente à une loi de circonstance.

RHL a été partenaire de la 1ère Biennale européenne d’Histoire rurale portée par Jean Boutier. P. Vallin s’est rendu à Tulle pour la conférence inaugurale et D. Danthieux a, le lendemain, fait une conférence sur la reconstruction d’Oradour.

Pascal Plas est le nouveau directeur des PULIM. A l’occasion de sa rencontre prochaine, Claude Andrault-Schmitt lui reparlera de notre travail en commun. Pierre rappelle que P. Plas est membre de RHL. Robert ajoute qu’il lui semble logique que le Président de RHL soit le directeur de droit  de droit de la collection RHL publiée aux PULIM.

Michel Sarter est le nouveau directeur des Archives départementales de la Haute-Vienne. Rencontré par R. Chanaud, il s’est montré favorable à notre invitation mais il était pris à Lyon, ce dimanche. RHL souhaite revenir si possible aux AD pour les CA et les AG.

Le rapport moral est adopté à l’unanimité.

 

Rapport financier par Evelyne Proust

Cette année nous avons eu moins de cotisations : 42 sur 75-80 en général. Il est vrai que nous n’avons pas fait de relance. Les frais ont été exclusivement ceux de l’assurance, du site web et de la banque. Evelyne a essayé de baisser ces derniers en passant du relevé décadaire au relevé mensuel mais l’objectif de la banque est la dématérialisation en maintenant des frais excessifs.

Le rapport financier est adopté à l’unanimité.

 

Signalement des travaux en cours

-        Patrice Conte : Fouilles de la motte, du fossé et de la prairie attenante du Château-Vieux (La Porcherie) portant sur la famille Porcaria : la prochaine campagne se tiendra les premières semaines du mois d’août 2022 et donnera lieu à visites.

-        Christian Penot : Un livre sur la Gestapo qui portera le titre de « la Meute ».

-        Dominique Danthieux : Un livre à paraître avec Mémoire ouvrière sur la période 1962 – 1981.

-         Congrès archéologique de France, Aubusson, 23-27 juin 2022. On peut envisager une légère contribution financière pour figurer sur l’affiche.

-        Jean-Loup Lemaître : Colloque sur les prieurés de l’Artige et d’Aureil dont les actes vont paraître aux Belles Lettres.

-        Fouilles et recherches consécutives au colloque de Chambon sur Voueize et Evaux.

-        Fouilles et recherche consécutives au colloque de Solignac.

-        Prochain colloque : « Archéologie et histoire canoniale : chefs d’ordre et chefs de réseau ».

-        Colloque en préparation sur la fabrication de la porcelaine de Limoges pour la mi octobre 2022 sous l’égide des Ardents éditeurs, du Musée Adrien Dubouché et de l’Université de Limoges.

 

-        Jean-Claude Parot : Livre à paraître chez Sotiplan  : « La Porcherie de la préhistoire à nos jours : pour susciter quelques curiosités », sans oublier la défense de la maison natale de d’Arsonval.

-        Préparation de l’exposition sur Francis Chigot entre le Musée du Vitrail de Troyes.

 

Projets de RHL :

-        contact est pris avec Gérard Noirel pour une conférence publique à la BFM.

-        une participation ( R. Chanaud) est souhaitée aux prochaines « Nocturnes de l’histoire ».

-        la récupération des bandes magnétiques du colloque « Limousin et Révolution » est envisagée auprès de Bernard Pommaret.

-        L’AG retient ce dimanche l’idée de travailler collectivement sur « les grandes dates du Limousin », idée soumise par D. Danthieux couplée avec « les lieux de mémoire » suggérés par Ph. Grandcoing. Ce sera une publication pour un vaste public, avant de reprendre un travail sur un thème plus pointu à paraître aux PULIM comme : les loisirs, la mort, les conflits.

 

Groupes de travail actuels

- La famille : Robert Chanaud rappelle que l’idée remonte à 2015. Le volume comporterait une première partie consacrée à des contributions individuelles, dont la liste prévisionnelle est sur le site de RHL (deux d'entre elles sont d'ores et déjà finalisées) et une seconde portant sur les structures familiales. Concernant les structures familiales, le groupe de travail a dépouillé les listes nominatives des recensements de population d'une vingtaine de communes choisies en fonction des ressources archivistiques à quatre dates (1836, 1866, 1901, 1936), avec pour but de mettre au jour les différences régionales et les évolutions.  Ceci représente plus de 80 000 individus.  Jean-Claude Peyronnet émet des doutes sur le fait que la répartition spatiale des types de ménages reflète autre chose que les structures d'exploitation, et suggère de reprendre l’étude de la ville (suite au départ de M. Kiener) avec les grilles d’analyse de la campagne. Agnès Mangot a déjà travaillé sur la rue de la Boucherie avec la grille commune. Le groupe de travail s'accorde pour poursuivre le dépouillement tout en intégrant les acquis des articles fondateurs de J.-C. Peyronnet. On reprendra en décembre les réunions mensuelles, où l'on déterminera le calendrier de la publication.

GROLI : Pierre va tenter de réunir les chercheurs intéressés au projet dès que les conditions seront réunies.

 

Présentations scientifiques

-        Fouilles des vestiges de l’abbaye de Grandmont

Bernard Bernaben – lui-même fouilleur émérite - présente les photos prises sur le site de fouilles par Philippe Racinet et les commente. Il existe une fosse dite anthropique qui prouve que l’occupation du site est antérieure à l’abbaye et remonterait aux VIIIe – IXe siècles. De même les bois enfouis au fond des étangs sont antérieurs à l’abbaye. L’inhumation à Grandmont était accompagnée d’une fiole en plomb ( de pèlerinage ?) dont l’une a révélé son contenu à base d’huile de noisettes. La fiole était gravée d’une croix de l’ordre de Grandmont mais on ignore sa signification.

Après une campagne 2021 fructueuse (mise à jour de colonnes, d’une partie du cloître …), Il est nécessaire de consolider ce qui est en élévation – tel le chapiteau du XIIe siècle – pour obtenir de la DRAC l’autorisation de continuer à fouiller. Une partie du site sera donc montrée au public à terme.

 

-        Templiers et hospitaliers en Creuse

Jean-Marie Allard expose dans les grandes lignes de l’ouvrage qu’il vient de publier à la Société archéologique de la Creuse et illustre son propos de nombreuses illustrations. Il rappelle que les ordres militaires ont été créés suite aux croisades en vue de garder les quatre principautés chrétiennes fondées à cette occasion en Terre Sainte. Fondé en 1120, l’ordre du Temple a été supprimé en 1312 sans être condamné. Ses membres avaient été arrêtés dans tout le royaume en 1307. Fondé en 1140-1170 à Amalfi (Italie), l’ordre de Saint Jean de Jérusalem est chassé de Rhodes en 1523 et se réfugie à Malte. Devenu l’Ordre de Malte, il est chassé de cette île en 1798 par Bonaparte.

Ces deux ordres sont mentionnés dans la Creuse dès le XIIe siècle mais aucun acte de fondation ne nous est parvenu. La première mention concerne Ayen en Corrèze dès 1147-1148. Un réseau de dépendances locales ou plus éloignées se met en place et certaines des plus emblématiques nous sont montrées. Les commanderies de Creuse peuvent elles aussi dépendre d’une maison-mère. On en dénombre une cinquantaine dans la Creuse dont il ne reste bien souvent que l’église. Toutefois, le carré monastique demeure à Lavaufranche. Ces églises sont souvent devenues des paroisses qui ont perduré jusqu’à la suppression des ordres religieux en 1792.